C’est simple et c'est maintenant

jeu, 11. jui. 2019

L’autre jour, j’ai demandé à l’un de mes élèves quel était son rêve. Ma question l’a pour le moins désarçonné. J’ai insisté. Les yeux dans le vide, celui-ci m’a dit qu’il n’en avait point et que de toute façon, un rêve n’était qu’une chose qui ne se réalisait jamais. Un silence s’est installé, celui du vide, celui du désespoir, celui de la désillusion. Avant d’entrer dans la vie active, déjà, l’impossible supplante le possible, le non-choix est règle et le moins mauvais choix est le meilleur. Si l’école amène nos adolescents à ce stade de soumission, eh bien, l’institution a lamentablement échoué.

Mais comment en arrive-t-on là? Certainement par la note qui sanctionne, par la punition imbécile, par l’autoritarisme, par des effectifs trop grands ou encore par un enseignement mécanique et…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

ANNONCES EMPLOI

Annonces Événements

ANNONCES IMMOBILIER

ANNONCES DIVERSES

Articles les plus lus

1

En dix ans, l’APERO est devenu un beau bébé

PETITE ENFANCE RÉGION D’ORON

En une décennie d’existence, le réseau APERO a «beaucoup, beaucoup grandi», selon sa directrice Isabelle Guzzon. De 2009 à 2019, les places d’accueil collectives sont passées de 52 à 492.

L’APERO n’aura jamais aussi bien porté son acronyme de cinq lettres. En effet, le……