De nouveaux parements liturgiques

jeu, 05. déc. 2019
La paroisse protestante d’Oron-Palézieux a créé de nouveaux parements liturgiques. DR

Les quatre temples d’Oron-Palézieux arborent de nouveaux parements liturgiques en couleur, depuis peu. Chaque teinte correspond à une période: le blanc (Noël et Pâques), le rouge (Pentecôte et Rameaux), le violet (avent et carême) et le vert, symbole de la croissance, pour les périodes entre Noël et le carême, ainsi qu’entre Pentecôte et l’avent.

Lors d’une visite pastorale, un paroissien a informé l’un des pasteurs qu’il souhaitait faire un don sous une forme concrète, ceci comme signe de gratitude à l’Eglise et à notre paroisse en particulier. Après discussions au sein du Conseil de paroisse, quelques propositions ont été présentées et le choix s’est porté sur des parements liturgiques.

En effet, en plus de ce qu’ils représentent en tant que symboles, ils habillent de belle façon certains éléments de nos temples. Une fois la décision prise, il restait à résoudre la partie pratique pour l’élaboration de ce projet. De nombreuses questions se posaient: quels éléments de nos temples? Quelles sortes de tissus? Des tissus vierges ou portant des motifs? Quels symboles? Parements «clefs en main» ou confection «maison»?

Pour cela, un groupe de travail au sein du conseil a été formé. Il semblait, vis-à-vis du beau geste financier reçu, qu’un achat de parements «tout faits» aurait été dommage et que leur confection au sein de la paroisse aurait une valeur symbolique supplémentaire. La qualité du tissu et de la doublure choisis, ainsi que les couleurs définies par les temps liturgiques, restait la question: quels motifs appliquer? En effet, il existe plusieurs symboles ecclésiastiques possibles pour illustrer la foi chrétienne pouvant orner ce type de parements.

Le groupe de travail s’est arrêté sur ce qui lui semblait lui parler le plus, soit la croix, représentant le Christ, et la colombe, représentant le Saint-Esprit descendant sur la terre, et sur nous, les croyants. Une paroissienne a proposé différents styles de symboles.

Deux couturières du conseil se sont affairées, durant des heures et des heures, à calculer, à couper, à appliquer et à coudre plusieurs centaines de mètres de tissus. En effet, vu, le cycle des temps liturgiques, le fait que quatre villages de la paroisse (Châtillens, Maracon, Oron-la-Ville et Palézieux) possèdent des églises utilisées pour les cultes dominicaux, le nombre de ces parements a été, au final, de trentedeux!

Un magnifique travail pour lequel la paroisse entière et son conseil sont très reconnaissants. Un grand merci va aussi au paroissien qui, par son don, fort généreux, a permis d’orner de fort belle façon, certains éléments des temples de la paroisse d’Oron-Palézieux. Si, lors de cultes, de concerts ou d’autres célébrations, vous avez l’occasion d’entrer dans une des églises de la paroisse protestante d’Oron-Palézieux en regardant ces tissus liturgiques, vous comprendrez mieux la signification particulière qu’ils représentent pour les fidèles.


Le Conseil de paroisse d’Oron-Palézieux

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

ANNONCES EMPLOI

Annonces Événements

ANNONCES IMMOBILIER

ANNONCES DIVERSES

Articles les plus lus

1

Et si on on se faisait une (é)toile

A la question «Pourquoi a-t-on inventé le cinéma?», Eric-Emmanuel Schmitt, dans son œuvre La femme au miroir (2011), répondait: «Pour persuader les gens que la vie a la forme d’une histoire. Pour prétendre que, parmi les événements désordonnés que nous subissons, il y a un début, un milieu, une fin…