Introspection émotionnelle

jeu, 17. oct. 2019

Depuis mon enfance, je me suis toujours posé une question. Je me demande pourquoi j’ai une «poussée de larmes» instantanée lorsque je vois le triathlète Alistair Brownlee porter littéralement son frère Jonathan, pris d’un malaise, quelques centaines de mètres avant l’arrivée du Triathlon de Mexico en 2016. Voir un enfant qui croit être champion olympique en franchissant la ligne d’arrivée des 10 kilomètres de Lausanne me met aussi la larme à l’œil. Ou encore le départ raté du relais féminin 4 x 100 mètres à la finale du championnat d’Europe à Zurich en 2014 qui a, malgré tout, su garder une solidarité exemplaire. Ou même la patineuse artistique Joannie Rochette, qui a eu le courage de s’aligner à la finale des jeux Olympiques d’hiver de Vancouver en 2010, trois jours après le décès de sa…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

ANNONCES EMPLOI

Annonces Événements

ANNONCES IMMOBILIER

ANNONCES DIVERSES

Articles les plus lus

1

«Nos équipes sont en train de sauver des vies»

ÉCONOMIE PALÉZIEUX

Etablie à Palézieux, l’entreprise FAS Medic SA a multiplié par dix le volume de production de sa valve.

Une pièce de haute précision devenue un composant essentiel à plupart des respirateurs utilisés dans les hôpitaux pour soigner les patients du Covid-19.

Face à la forte hausse……